Chroniques de la P'tite Vingnenne 1998

SUJETS DE TRAVAUX POUR LES PROFESSEUR-E-S ET LES ÉTUDIANTS-E-S PASSIONÉ-E-S DE CHANSON


par la P'tite Vingnenne à l'école
Pourquoi ne pas étudier le contexte social et culturel autour d'un phénomène de la chanson québécoise impliquant plusieurs artistes ou plusieurs groupes d'artistes? Voici quelques thèmes suggérés... Bon travail et envoyez-nous vos résultats!!!
  1. La relève du rock québécois des années 80-90.

    Quelques exemples: Vilain Pingouin, Les Colocs, les Parfaits Salauds, Frankline et les Fleurs Sauvages, Les Frères à Ch'val, Me Mom and Morgentaler. Questions suggérées: Les modèles et les styles de la musique rock ont éclaté dans les années 80. Quelles tendances culturelles locales, nationales et internationales les ont fait éclater? Quels contextes économiques et sociaux dans l'industrie de la musique pop (scènes, production de disques, etc.) ont favorisé l'émergence de nouveaux groupes québécois et d'une musique rock originale pour les jeunes générations?


  2. Les rapports entre la langue et la musique dans le rock québécois.

    Des «covers» aux versions françaises et des versions françaises aux chansons originales. L'évolution des différentes traductions et des adaptations de paroles et musique jusqu'à la création de chansons rock originales dans notre langue. Donnez des exemples chez les groupes des années 60, 70 et 80 que vous connaissez le mieux. Questions suggérées: Quels moyens employaient les artistes pour marier la langue franco-québécoise aux rythmes rock? Quels motifs ont poussé les artistes à chanter et à jouer du rock en anglais puis (plus tard) en français?


  3. La signification sociale et culturelle des thèmes latins et des rythmes latins (latino-américains, espagnols, italiens) dans nos chansons québécoises.

    Quelques exemples: Alys Robi dans les années 40 («Tico Tico»), les orchestres populaires dans les années 50, des chansonniers comme Pierre Calvé dans les années 60, Robert Charlebois dans les années 70 et Serge Fiori dans les années 80. Questions suggérées: Quelle attirance et quelles ressources offraient les musiques latines à tous ces artistes? De quelle manière ces différents artistes ont-ils exploré le «caractère latin» dans leurs chansons et dans quels buts symboliques?


  4. Le mouvement «folk» québécois et sa relecture des chansons de folklore.

    Quelques exemples: Les Karrick (années 60); La Bottine Souriante (années 70-80-90); Gilles Vigneault (années 60-70-80); Louise Forestier et Paul Piché sur leurs premiers disques (années 70). Questions suggérées: Quels facteurs sociaux et culturels (formation, composition du milieu artistique, lieux d'engagement politique, etc.) ont motivé ces artistes à s'inspirer des chansons traditionnelles? Comment ces traditions musicales ont-elles été transformées dans le contexte contemporain des artistes?


  5. Le mouvement «folk» québécois et ses utopies culturelles.

    Quelques exemples: Robert Charlebois dans l'Ostidcho, Les Séguin et La Nouvelle Frontière (ancien groupe de Marie-Claire et Richard Séguin), Beau Dommage, Raoul Duguay et L'Infonie, Harmonium. Question suggérée: Comment retracer l'influence de la contre-culture américaine et des mouvements sociaux contestataires dans les choix musicaux et thématiques et dans les engagements sur scène des artistes québécois des années 70?


  6. Les chansonniers «assis ent'deux chaises» entre la culture littéraire et les cultures populaires (country, rock, autres).

    Quelques exemples: Tex Lecor, Plume Latraverse, Stephen «Cassonnade» Faulkner, Capitaine Nô, Lucien Francoeur et Aut'Chose. Comment leur formation et leurs expériences ont-elles permis à ces artistes de créer «ent'deux chaises», entre deux discours, entre deux éducations musicales? Note: ne pas oublier l'influence de Robert Charlebois et de ses «poètes joual».


  7. L'influence du développement du théâtre et du cinéma québécois sur la carrière des auteurs-compositeurs québécois.

    Quelques exemples célèbres: Félix Leclerc, Robert Charlebois, Claude Léveillée, Claude Gauthier, Louise Forestier, Diane Dufresne. Fouillez un peu et vous en trouverez d'autres! Dans quels contextes politiques, économiques et culturels le cinéma québécois et la chanson québécoise se sont-ils liés si étroitement?


  8. La «chanson d'amour» sous ses différents thèmes et ses différentes formes musicales.

    De Michel Louvain à Diane Juster et de Renée Martel à Nanette Workman, la «ballade» ou la «romance» ou la «chanson d'amour» ajustée à différents modes musicaux (country, pop, rythm'n'blues et même disco!) reflète des modèles et des comportements culturels précis. Quels facteurs sociaux et culturels- entre autres les relations hommes-femmes et leur expression selon les milieux, l'éducation des artistes et de leur public-cible- ont contribué au succès et à l'évolution de plusieurs types de «chanson d'amour»?


  9. Le vidéoclip et ses effets sur le développement de plusieurs démarches artistiques en chanson.

    Comment le vidéo complète-t-il la chanson à l'intérieur de la communication artiste-public? Le vidéo est-il utilisé surtout comme instrument de promotion ou comme travail artistique à lui tout seul? Quelles conditions de travail nouvelles le vidéo apporte-t-il dans les métiers artistiques entourant la production des chansons? S'il vous plaît donnez plusieurs exemples.


  10. La formation des voix des chanteuses populaires.

    La voix et les qualités d'interprétation de la chanteuse ou du chanteur sont de puissants indices qui permettent de juger de l'impact d'une chanson. Questions suggérées: De Pauline Julien à Térez Montcalm et de Sylvie Tremblay à Karen Young, quelles références et quels exercices ont forgé les voix des chanteuses québécoises? En quels lieux de formation et de diffusion les chanteuses ont-elles mûri leurs voix: comme instruments de musique? comme porteuses des textes des chansons? Quelles différences possibles existent entre les chanteuses d'ici et d'ailleurs quant à la culture des voix?


  11. Le mouvement politique pour l'indépendance du Québec et ses traces dans la chanson québécoise.

    Des années 60 aux années 80, donnez plusieurs exemples d'artistes influencés par ce mouvement politique. Questions suggérées: A travers la carrière de ces artistes: production des chansons, lieux de diffusion, fréquentations, promotion et rapports avec le public, où retrouve-t-on un engagement ou une prise de conscience politique en faveur du Québec? Comment se manifeste cet engagement politique à différents niveaux: composition et interprétation des chansons, production des disques, représentations sur scène et hors de la scène?


  12. L'affirmation des cultures francophones hors Québec dans la chanson québécoise.

    Quelques exemples: Angèle Arsenault, Édith Butler, CANO, Hart Rouge (autrefois Folle Avoine), Daniel Lavoie, Robert Paquette, Marie-Jo Thério. Questions suggérées: Comment retracer les itinéraires culturels et musicaux de ces artistes à partir de leur terre natale jusqu'à leur terre de diffusion, le Québec? Qu'est-ce qui les unit? Qu'est-ce qui les différencie? Quelles conditions politiques, économiques et culturelles ont favorisé la diffusion de leurs chansons ici?


  13. Les différentes périodes des Boîtes à chansons des années 60 aux années 70.

    Questions suggérées: Les Boîtes à chansons ont vu évoluer au moins deux générations de «chansonniers» et la création d'un public de fidèles dans différents contextes culturels et politiques. Quelles caractéristiques percevez-vous dans cette évolution: choix des paroles et musiques, choix des instruments, présentation sur scène, production des spectacles, liens avec d'autres artistes lors de différents événements, participation du public?


  14. L'influence de la musique et du style country dans plusieurs chansons populaires québécoises des années 70 aux années 90.

    Quelques exemples: Beau Dommage et Michel Rivard, Les Séguin, Jim Corcoran, Claude Dubois, Stephen «Cassonnade» Faulkner, Carole Laure et Lewis Furey, Nanette Workman, Corbeau et Marjo, Gildor Roy. Questions suggérées: Quels attraits présentaient la culture et la musique country pour tous ces artistes à un moment ou à un autre de leur carrière? Comment ont-ils et ont-elles rendu le style country attrayant pour d'autres publics?


  15. La formation des «rockeuses» québécoises à partir de la fin des années 60.

    Quelques exemples de femmes artistes qui choisissent ou qui ont déjà choisi le rock'n'roll: Diane Dufresne, Marjo, Nanette, Louise Portal et ses soeurs Priscilla, Geneviève et Pauline Lapointe, France D'Amour et Manon D'Inverness chez les plus jeunes. Questions suggérées: D'après vos recherches, quelles musiciennes et quelles chanteuses québécoises ont été les plus attirées vers l'expression rock et pourquoi? Quels facteurs dans leur carrière ont encouragé ces choix: école, milieux fréquentés à l'adolescence, formation artistique et autres expériences de vie, entourage dans l'industrie de la musique, etc.?


  16. L'âge d'or des cabarets québécois des années 50.

    Questions: Quelles ont été les influences sociales, économiques et culturelles derrière le développement des cabarets? Quels artistes s'y sont produits (donnez quelques exemples majeurs) et comment les cabarets sont-ils devenus les scènes favorables à l'apparition d'un «showbiz québécois»?


GUIDES BIBLIOGRAPHIQUES

GIROUX, Robert et al, Le guide de la chanson québécoise, Montréal, Triptyque, 1991, 179 p.

THÉRIEN, Robert et Isabelle D'Amours, Dictionnaire de la musique populaire au Québec 1955-1992, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture (IQRC), 1992, 580 p.

BAILLARGEON, Richard et Christian Côté, Destination Ragou: une histoire de la musique populaire au Québec, Montréal, Triptyque, 1991, 179 p.

ROY, Bruno, Pouvoir chanter: essai d'analyse politique, Montréal, VLB, 1991, 452 p.

DRAPEAU, Renée-Berthe, »Le yéyé dans la marge du nationalisme québécois (1960-1974)», in Les aires de la chanson québécoise, Montréal, Triptyque, 1984, p. 173-208.

GIROUX, Robert, »Les deux pôles de la chanson québécoise: de la chanson westerne à la chanson contre-culturelle», in Les aires de la chanson québécoise, Montréal, Triptyque, 1984, p. 153-172.

JULIEN, Jacques, »Le maniérisme vocal ou la voix porteuse», in Les aires de la chanson québécoise, Montréal, Triptyque, 1984, p. 125-152.

ANDRÉ, Daniel, »Rôle et statut social des artistes de la chanson populaire à travers le discours journalistique des années 80», in En avant la chanson!, Montréal, Triptyque, 1993, p. 149-176.

ROY, Bruno, »Ils chantent, qu'ils paient! ou De la censure», in La chanson dans tous ses états, Montréal, Triptyque, 1987, p. 45-56.

GIROUX, Robert, »Le disque québécois ne tourne pas rond» (sur les liens entre industries du disque et du spectacle), in La chanson dans tous ses états, Montréal, Triptyque, 1987, p. 79-89.

LABERGE, Yves, »Le vidéo-clip et la chanson: un nouveau mode de communication audio-visuelle», in La chanson dans tous ses états, Montréal, Triptyque, 1987, p. 137-144.

DRAPEAU, Renée-Berthe, »Chant, chanson et chansonnette au Québec (1920-1950)», in La chanson dans tous ses états, Montréal, Triptyque, 1987, p. 163-186.

LAMOTHE, Maurice, »Chanson ontaroise et leadership culturel en milieu minoritaire: le cas de Robert Paquette», in En avant la chanson!, Montréal, Triptyque, 1993, p. 209-218.

GIROUX, Robert, »La chanson comme vox populi», in En avant la chanson!, Montréal, Triptyque, 1993, p. 219-232.

GIROUX, Robert, »Poésie et chanson: des liens arbitraires», in En avant la chanson!, Montréal, Triptyque, 1993, p. 11-16.

ROY, Bruno, »La chanson au Québec: un discours élitiste pour une pratique populaire! (1950-1975)», in En avant la chanson!, Montréal, Triptyque, 1993, p. 115-138.

TREMBLAY-MATTE, Cécile, La chanson écrite au féminin, Montréal, Éditions Trois, 1990, 391 p.

TREMBLAY, Danielle, »La production de disques au Québec (1920-1990)», article revu et corrigé in En avant la chanson!, Montréal, Triptyque, 1993, p. 77-114.

TREMBLAY, Danielle, »Les femmes dans l'industrie du disque et du spectacle depuis 1945», in En avant la chanson!, Montréal, Triptyque, 1993, p. 139-148.


Début