Page d'accueilChroniques musicales acadiennes

LA PETITE HISTOIRE D'UN GRAND GALA (2e partie)

par DAVID LONERGAN

Peu de choses existent sur l'histoire de la chanson en Acadie et la minuscule exposition de photos de la plupart des lauréats du Gala de la chanson de Caraquet, que présente le Musée acadien, est l'une des rares manifestations qui parlent d'elle.

Si les années 1970 ont été celles de la mise en oeuvre et du développement, les années 1980 donneront au Gala la forme qui est toujours la sienne. Le Gala de 1981 confirme le talent de Jacques devenu Jac Gautreau dans la catégorie auteur-compositeur-interprète (ACI), lui qui en est à sa deuxième présence et qui remportera en 1984 la palme de la chanson primée, et récompense l'interprète Carmen Léger. L'ACI Myriam Cyr, concurrente de 1979, remporte cette année-là la chanson primée, exploit qu'elle répétera en 1982, devançant ce coup-là Michel Blanchard et Ronald Bourgeois qui devra se contenter de la couronne de l'ACI.

En 1983, les organisateurs décident de fondre en une seule catégorie les ACI et les interprètes, tout en conservant la chanson primée. Cette fusion durera six ans et sera nettement à l'avantage des interprètes qui se mériteront la couronne quatre fois: Lise Picard (1983), Louis G. Cyr (1984), Sylvie Martin (1987) et enfin Janine Boudreau (1988). Cette dernière est une assidue du Gala, le remportant à sa quatrième présence consécutive, trois fois comme interprète et une fois pour la chanson primée (1987). De leur côté, les ACI l'emporteront en 1985 avec Nathalie Renault qui en est à sa seconde présence et en 1986 avec Chantal Arsenault. Quant à la chanson primée, elle sera tour à tour celle de Roger Lord (1983), Luc Mazerolle-Richard (1985), André Chiasson (1986), Laval Bergeron (1987) et Raynald Basque (1988). Basque avait également participé à la même catégorie en 1987 et en 1986, ce coup-là avec Mario LeBreton qui avait participé au Gala de 1983 comme ACI et qui reviendra à la charge en 1989 avec deux compositions et une interprétation, mais toujours en vain.

Radio-Canada diffuse le Gala de 1989 en direct sur son réseau national, soulignant ainsi les 20 ans du Gala (de fait il s'agit de la 21e édition)

(Source: la revue ĞAcadie nouvelleğ, Chronique du 21 août 1998)

début Début